La proposition de financement

Les représentations des start-ups et des financiers diffèrent parfois beaucoup l’une de l’autre. Cela peut parfois causer la fin des négociations. Les deux parties sortent frustrées. La raison en est souvent que les jeunes entrepreneurs ne sont pas toujours totalement conscients du point de vue et des objectifs des investisseurs.

Le succès financier du jeune entrepreneur

D’un point de vue statistique, le succès financier des jeunes entrepreneur se réparti comme suit :

  • 70{e6c166ce82d608b87390b67754cdbd02624f54c814d9c2e683ba85027253b912} à 80{e6c166ce82d608b87390b67754cdbd02624f54c814d9c2e683ba85027253b912} ont du succès, peuvent continuer à diriger leur entreprise même si la croissance est parfois très lente. Le remboursement des montants investis par les investisseurs extérieurs n’est pas sans problème.
  • 10{e6c166ce82d608b87390b67754cdbd02624f54c814d9c2e683ba85027253b912} à 15{e6c166ce82d608b87390b67754cdbd02624f54c814d9c2e683ba85027253b912} ont beaucoup de succès et reçoivent après quelques année une offre d’achat de leur entreprise à un multiple des fonds investis.
  • 10{e6c166ce82d608b87390b67754cdbd02624f54c814d9c2e683ba85027253b912} à 15{e6c166ce82d608b87390b67754cdbd02624f54c814d9c2e683ba85027253b912} font faillite après quelques années ou se séparent de leur entreprise d’une autre manière.

Pour beaucoup d’investisseurs dans des start-ups, c’est la situation du gros succès qui est au premier plan puisque dans les autres cas, il n’est pas possible de récupérer sa mise sans mettre l’entreprise en danger.

Le portefeuille et la valorisation de l’entreprise

Puisque l’investisseur ne sait jamais au départ lequel de ses investissements sera profitable, il doit consituer son portefeuille de telle sorte que chacun des investissement puisse devenir un grand succès. Cela signifie que les conditions du financement doivent être telles qu’elles permettent une revente au multiple du montant investi. C’est la seule manière de permettre un rendement convenable de tout le portefeuille.

La valorisation

Un élément important de la proposition d’investissement est la valorisation. Voici quelques recommandations à ce sujet :

  • Soyez compréhensifs que les investisseurs ne vont pas valoriser une idée de business des millions ! Ils vont lui donner un prix qui correspond à une juste proportion entre le travail accompli, le potentiel et le travail encore à faire.
  • Le prix « juste » est toujours celui où se retrouvent l’offre et la demande (lorsqu’une transaction a lieu).
  • La méthode du Discounted Cash Flow donne souvent des résultats fantaisistes. Cette méthode ne devrait être utilislée que lorsqu’une entreprise a déjà fait ses preuves durant quelques années. Lorsque vous valorisez une start-up, renoncez à cette méthode.
  • Quelques méthodes qui permettent une valorisaiton plausible :
    • Combien d’argent est-ce qu’un investisseur qui connaît bien la branche doit dépenser pour arriver là où vous en êtes aujourd’hui ?
    • Combien (de cash et de salaires) avez-vous dépensé jusqu’à aujourd’hui pour arriver où vous ne êtes ?
    • Combien de bénéfice l’entreprise va-t-elle cumuler deux ans après être entrée sur le marché ? Vous pouvez multiplier ce chiffre par un facteur allant de trois à dix pour arriver à un chiffre raisonnable.

Il est possible d’entrer en négociation avec un valorisation élevée. Mais ne soyez pas surpris que les investisseurs ne l’acceptent pas. Lorsque la valorisation est considérée comme beaucoup trop élevée par les investisseurs, il arrive que le dialogue soit interrompu, car un accord semble peu probable aux investisseurs. Ils préfèrent alors se tourner vers d’autres opportunités d’investissement. Mais vous pouvez, avec une bonne argumentation et une bonne attitude, vous assurer de ne pas perdre votre investisseur potentiel !

Les éléments de base de la proposition d’investissement

La forme exacte de la proposition d’investissement dépend de nombreux facteurs. En règle générale, nous préférons des propositions d’investissement qui contiennent les éléments suivants :

  • Achat de parts (actions etc…) en général entre 20{e6c166ce82d608b87390b67754cdbd02624f54c814d9c2e683ba85027253b912} et 40{e6c166ce82d608b87390b67754cdbd02624f54c814d9c2e683ba85027253b912} de la société (pas de majorité)
  • Exceptionnellement une pèart de l’investissement est un crédit. Le taux d’intérêt doit refléter le risque. Dans ce cas, il n’est pas rare qu’une conversion soit possible dans un deuxième temps en actions (financement mezzanine)
  • Typiquement, plusieurs membres du BAS investissent ensemble. Chacun investit entre CHF 20’000 et CHF 250’000.
  • La somme totale des investissements effectués par chaque membre du BAS se situe entre CHF 100’000 – et CHF 500’000 (peut être plus élevé).
  • Du côté du BAS, une personne prend le lead vis-à-vis de la start-up. Elle est souvent membre du conseil d’administration. Elle s’occupe aussi de maintenir les autres membres informés.
  • Certains membres préfèrent un financement en fonction de milestones.
  • Une transparence totale concernant les informations de l’entreprise est exigée et indispensable.
  • Parfois, les investisseurs souhaitent avoir accès aux comptes bancaires et un droit visa pour autoriser les paiements.
  • En règle générale, une revente des parts est espérée après trois à cinq ans à un multiple du montant investi.


 

CC BY-NC-SA 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Partage à l'identique 4.0 .